LA BELLE ENDORMIE de Marco Bellochio

LA BELLA ADDORMENTATA  de Marco Bellochio est une expression supplémentaire de l’extraordinaire talent du cinéaste qui retrouve depuis un certain nombre de films de ces dernières années la force de ces premiers films quand LES POINGS DANS LES POCHES sa première réalisation avait été une révélation. Prenant à bras le corps un sujet grave et pesant, celui de la fin de vie et l’euthanasie pour abréger des souffrances inutiles à l’occasion d’une affaire qui avait défrayée la chronique en Italie, le cinéaste fait tout sauf un film pesant. L’émotion emporte le film et l’habilité de Marco Bellochio a gérer des lignes narratives différentes pour suivre des personnages sans lien les uns aux autres, sinon par ce qu’ils sont touchés, éprouvés, par ce problème qui domine le film, est absolument remarquable. S’appuyant comme depuis LE PRINCE DE HOMBOURG sur la composition musicale exceptionnelle de Carlo Crivelli et sur un casting exceptionnel (pour n’en citer qu’une : Maya Sansa avec sa confession à l’hôpital face au médecin interprété par le propre fils de Marco Bellochio est admirable), Marco Bellochio réussit après VINCERE, déjà exceptionnel, une œuvre différente mais d’un même niveau de réussite.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s