PIETA de Kim Ke-duk

KimKeDuk1

Kim Ke-duk, Seoul (c)H.Niogret

Après une période de désarroi dont témoignait en 2011 son faux documentaire ou fiction trompeuse ARIRANG, Kim ke-duk revient avec une œuvre majeure, PIETA qui reprend ses thématiques sur la vengeance, la protestation sociale, les relations familiales trompeuses et l’impossible choix entre la vérité et la réalité entremêlées. Dans le cadre d’une vision cruelle d’une partie de la société urbaine coréenne, retrouvant la précision de sa mise en scène tendue par une énergie remarquable, une direction d’acteurs  parfaite, Kim ke-duk revient en grande force dans le cinéma de la Corée du Sud qui espérons-le saura le reconnaître et lui donner l’opportunité de tourner d’autres films.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s