FESTIVAL DE CANNES 2013

NMS_0657DSC_0620

NMS_0658NMS_0677

Le tapis rouge avant la foule – Jia Zangke – Edouard Waintrop devant l’écran de la Quinzaine des Réalisateurs – La salle de presse (c) H.Niogret

Pas plus ni moins que les autres années le Festival International du Film de Cannes a eu ses réussites consacrées en général dans le palmarès (La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, Inside Llewyn Davis des frères Coen, Tian Zhu Ding / A Touch of Sin de Jia Zangke, Le passé d’Ashgar Farhadi) mais aussi ses erreurs présentes malgré tout dans le palmarès (Heli d’Amat Escalante). Il y a eu des oublis dans les récompenses (Behind the Candelabra / Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh, The Immigrant de  James Gray, La Vénus à la fourrure de Roman Polanski) mais la concurrence était rude et tout le monde ne peut être primé. Certains films ont reçu un accueil d’une froideur injustifiée pour ne pas dire d’ hostilité (Only God Forgives de Nicolas Winding Refn, The Immigrant de James Gray). Il y avait des erreurs de programmation qui ont été fatales pour les films (Wara no tate / Boucliers de paille de Takashi Miike qui aurait dû passer en séance de minuit comme tout film de genre, puisque seul de son espèce). Les films d’ouverture et de clôture ont aussi été des déceptions (The Great Gasby / Le Magnifique Gatsby de Baz Luhrman, Zulu de Jérôme Salle) mais ils étaient davantage présents comme futurs succès du box-office et stars sur le tapis rouge que pour leurs qualités proprement dites. Jeune &  Jolie de François Ozon , comme Jimmy P. d’Arnaud Despleschin  s’alignaient dignement derrière le film d’Abdellatif Kechiche qui dominait ce festival.

A côté de tous ces cinéastes confirmés, pour les révélations il fallait aller chercher dans les sections parallèles et voir notamment Ilo Ilo d’Anthony Chen (Singapour, Caméra d’or , On the Job d’Erik Matti (Philippines) à la Quinzaine des Réalisateurs), ou The Lunch Box, de Ritesh Batra (Inde, Semaine de la Critique) tandis que dans la sélection officielle de « Un Certain regard », était consacré  L’Image manquante de Rithy Panh.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s