LA VIE D’ADELE, CHAPITRES 1 et 2, d’Abdelatif Kechiche

Adèle
En dehors de la polémique sur les méthodes professionnelles du réalisateur face à ses techniciens et ses comédiens, il faut considérer la méthode de création du metteur en scène. Pousser, gratter, même provoquer, pour faire surgir du plus profond des comédiens l’authenticité, la sincérité. Le résultat est magnifique et le spectateur est emporté dans le mouvement émotionnel des personnages, ce qui lui fait accepter la durée inhabituelle du film. Si les films précédents d’Abdelatif Kechiche avait parfois des problèmes de longueur narrative, ici nul superflu, tout est essentiel pour créer la proximité avec les personnages et on suit leur trajet sans véritable intrigue mais par le seul rapport établi entre spectateur et personnage. Les deux comédiennes sont remarquables de naturel qui ne semble jamais fabriqué, que cela soit l’inexpérimentée ou la professionnelle aguerrie, nouvelle star du cinéma français.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s