NEUF MOIS FERMES, d’Albert Dupontel

Neuf mois ferme Albert Dupontel, Sandrine Kiberlain

D’habitude l’immense majorité des comédies françaises sont construites sur des scénarios indigents, dialoguées platement, et mise en scène sans invention, ce qui expliquerait peut-être depuis quelques mois le déclin des recettes dans les salles de cinéma, le public se désintéressant de films ennuyeux, dépourvus d’ambition, où paradent quelques acteurs comiques qui se content de grimacer pour faire rire.

Le film d’Albert Dupontel est une exception, une réussite, une rareté dans le paysage du cinéma français. Voilà un réalisateur-scénariste qui construit un film sur des situations inédites, assez déjantées mais dont la réalisation finale tient les promesses de ce qui apparait dans l’intention du film. Le scénario tient debout, les dialogues sont bien écrits, les acteurs remarquables, la photo travaillée, mais surtout la mise en scène est ambitieuse dans le sens où Albert Dupontel cherche à faire du cinéma par les moyens mis à sa disposition. Il cherche et trouve des idées dans la mise en place des situations, la narration, les prises de vues, le montage. Résultat le film est drôle, inventif et n’annonce pas là où il veut aller, même dans la démesure. Un vrai plaisir.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s