VIOLETTE, de Martin Provost

violette-sandrine-kiberlain Sandrine Kiberlain

VIOLETTE redonne vie à une écrivaine oubliée aujourd’hui mais dont les années 50 connaissaient entre autres « La Batarde ». Le film de Martin Provost décidément attachée aux femmes en marge, retrace sa vie entre les années 40 et 50, et notamment sa passion sans retour pour Simone De Beauvoir. La mise en scène est d’une précision et d’une justesse rare dans le cinéma français, d’autant plus appréciable qu’elle s’affronte ici à une difficulté supplémentaire, celle de la reconstitution historique parfaitement maitrisée. La direction d’acteurs est absolument remarquable tant pour les seconds rôles où l’on oublient souvent les acteurs pour ne voir plus que les personnages, et pour les deux premiers rôles exceptionnels, Emmanuelle Devos et l’étonnante Sandrine Kiberlain qui recrée Simone De Beauvoir, qu’il était peut-être difficile d’imaginer dans ce personnage et qu’elle rend immédiatement crédible.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s