SUZANNE, de Katell Quillévéré

suzanne Sarah Forestier

Beaucoup avaient signalé les qualités de son premier long-métrage. Le deuxième film confirme tout à fait le talent de la cinéaste. Parfaitement contrôlé, gérant très bien la narration avec des ellipses de temps naturelles et parfaitement compréhensibles, un remarquable rapport entre montage et musique, le film qui se situe entre mélodrame et observation sociale est de plus parfait sur la direction de tous les acteurs. Mais évidemment les deux acteurs principaux se détachent car aussi bien Sarah Forestier que François Damiens sont étonnants de puissance émotionnelle retenue, de subtilité, de transformation sur le temps écoulé (un peu plus de quinze ans) alors que les situations sont assez chargées mais l’écriture et la mise en scène ne les rendent jamais pesantes.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s