HER, de Spike Jonze

her Joaquim Phoenix

Spike Jonze n’a jamais été dénué d’ambition mais dans ce dernier film il a mis le défi très haut en réalisant un film avec un seul personnage visible qui dialogue avec un personnage immatériel, un programme informatique. A priori, un handicap sérieux pour une mise en scène cinématographique. Mais l’intelligence du propos, l’interférence d’évènements personnels et la vie quotidienne, le jeu concentré de Joaquim Phoenix, la voix extraordinaire de Scarlett Johansson, la construction d’un environnement architectural entièrement composé entre Shanghai et Los Angeles, contribuent à construire peu à peu un film passionnant.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s