LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA, d’Isao Takahata

le-conte-de-la-princesse-kaguya

Il faut toujours être patient pour attendre une oeuvre réalisée par Isao Takahata qui aura toujours pris son temps au sein des studios Ghibli pour mettre en chantier un film, mais l’attente est récompensée car ce dernier (et sans doute le dernier d’Isao Takahata qui a 78 ans) est un petit bijou dans la narration sensible et l’invention graphique. Bien qu’il ne dessine pas lui-même Isao Takahata a toujours su (ou peut-être parce qu’il peut ainsi changer de style plus facilement) donner au sujet choisi le style qui lui convient. La simplicité des traits des personnages allié à l’invention de certains mouvements, les références picturales, permettent d’incarner un récit auquel il tenait beaucoup puisqu’il a toujours voulu en faire un adaptation filmée en dessin animé depuis ses débuts dans cette profession. Le classicisme de la représentation s’allie aussi avec l’abstraction de certains moyens d’expression.

Publicités

A propos H. Niogret

Hubert Niogret est critique de Cinéma et membre de la rédaction de la revue POSITIF. Il est également producteur et réalisateur.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s